Bruxelles et au-delà – Ce qu’il ne faut pas manquer dans les mois à venir (Mise à jour de septembre)

Brussels Street Photography Festival (BSPF) - Brussels in motion - Photo Finaliste par Dirk Wollaert

Juste avant le début de la nouvelle année académique, le BSPF revient avec une nouvelle sélection d’expositions de photos à Bruxelles, Anvers et Namur. Les articles de la liste de ce mois-ci vous emmèneront à divers endroits, tels que les États-Unis, l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Algérie, l’Égypte et le Ghana. Joignez-vous à nous pour un dernier voyage autour du monde avant la réouverture des écoles.

Nosso Brazil – Claudia Jaguaribe and Oscar Oiwa

Hangar invite deux artistes brésiliens aux expressions et sensibilités radicalement différentes. Ce qui les rapproche toutefois est cet enracinement dans la force identitaire de leur(s) pays d’origine. Claudia Jaguaribe, photographe, explore les différentes facettes et antagonismes du Brésil avec un œil contemporain et une mise en perspective réaliste. Oscar Oiwa, multi-influencé par le Brésil, le Japon et les Etats-Unis utilise la peinture et le dessin pour nous transporter dans des mondes où nature et civilisation se mêlent en un désordre vivant. Grâce aux talents conjugués de Claudia Jaguaribe et d’Oscar Oiwa, Hangar offre à voir au visiteur un point de vue particulier sur les paysages, qu’ils soient réels ou imaginaires.

Quand : Du 6 septembre au 26 octobre 2019

Où : Hangar centre d’art // Place du Châtelain 18, 1050 Bruxelles

Pour plus d’informations : www.hangar.art

NoJoke – Roger Ballen and Asfer Carlsen

L’Expo présente des images de la série exceptionnelle No Joke, un projet de collaboration entre deux des photographes contemporains les plus talentueux : Roger Ballen (1950, USA) et Asger Carlsen (1973, DK). En plus des images de No Joke, des œuvres plus anciennes de Roger Ballen de la série Asylum of the Birds, Oh Rats et Die Antwoord seront également présentées. Asger Carlsen présentera également une œuvre de la célèbre série Hester, qui comprend des collages des œuvres des deux artistes, creusant au plus profond de la psyché humaine. Ils explorent tous les deux les côtés obscurs du subconscient, chacun à leur façon. Ce qui est étrange, c’est qu’ils n’ont jamais été dans le même studio. Tout s’est passé en ligne entre Johannesburg et New York. Les images sur fond blanc ont été réalisées à New York, les images sombres à Johannesburg.

Quand : Du 8 septembre au 19 octobre 2019

Où : Stieglitz 19 // Klapdorp 2, 2000 Anvers

Pour plus d’informations : www.stieglitz19.be

Summer Light – Henry Wessel

Avec cette exposition, la Fondation A Stichting a choisi de rendre hommage au grand photographe américain Henry Wessel, décédé il y a tout juste une année. À partir du milieu des années 60, Henry Wessela réalisé un grand nombre d’images photographiques qui témoignent de son intérêt pour l’interaction curiosité entre nature et civilisation. En 1975, il participe à l’exposition mémorable, New Topographics: Photographs of a Man-altered Landscape, avec entre autres des artistes tels que Robert Adams, Lewis Baltz, Bernd et Hilla Becher ou encore Nicholas Nixon exposé récemment à la Fondation A Stichting. Henry Wessel choisit la Californie pour la matérialité de sa lumière, une lumière claire qui incise le contour, fixe la position de toutes choses. Souvent frontales, directes, légères en apparence, ses images n’en dégagent pas moins un curieux sentiment d’étrangeté. Prises avec une caméra de petit format, en noir et blanc, en balade – même la nuit ou juste avant le jour – souvent assis au volant de sa voiture, les photographies d’Henry Wessel sont autant d’aperçusde la vie quotidienne saisis avant d’être dits. Ce sont des Incidents où chaque geste, chaque image en appellent d’autres comme pour amorcer un récit.

Quand : Du 22 septembre au 15 décembre 2019

Où : Fondation A Stichting // Avenue Van Volxem 304, 1190 Bruxelles

Pour plus d’informations : www.fondationastichting.be

Egypte/Ghana – Denis Dailleux

Au fil des années, Denis Dailleux a construit un monde de délicatesse, d’exigence et de patience, qui s’est épanoui à l’air du Ghana et de l’Egypte, comme les fleurs qui sont passées entre les mains de l’ex-fleuriste devenu photographe. Mais cesse-t-on jamais de cultiver les fleurs de toutes sortes, une fois qu’on s’y est fait l’œil et la main ? Installé au Caire, il en montre la douceur et la lumière, une douceur qui est la manifestation de la force, une lumière qui vainc l’obscurité, au moyen d’une « photographie apparemment calme », pour citer Christian Caujolle. Le Ghana, en contraste, a laissé le photographe jouir des corps et des mouvements, dans le plaisir et l’éclat éblouissant de la lumière: « J’ai été happé par ces scènes aussi fortes que celles qu’on trouve dans certains tableaux anciens, ces lumières aussi de bord de mer, éblouissantes et qui transforment parfois les hommes en silhouettes. J’ai aimé, après la pudeur égyptienne, la belle et libre nudité des corps ghanéens. Pour un photographe, ces corps sont un don. »

Quand : Du 7 septembre au 26 octobre 2019

Où : Box Galerie // Chaussée de Vleurgat 102, 1050 Bruxelles

Pour plus d’informations : www.boxgalerie.be

Algérie, Géant Oublié

Début 2019 alors que l’Algérie semblait résignée à se voir imposer un nouveau mandat d’un président muet depuis 2012, une mobilisation massive s’est amorcée, faisant descendre dans les rues de toutes les grandes villes du pays des centaines de milliers de citoyens, hommes mais aussi femmes. L’occasion pour Géopolis de faire le point sur la situation de ce pays, le plus grand du continent africain. L’exposition retrace l’histoire récente du pays resté très longtemps marqué par la terrible guerre civile qui le terrassa dans les années 1990.

Quand : Du 5 septembre au 6 octobre 2019

Où : Géopolis, Ateliers des Tanneurs // Rue des Tanneurs 58, 1000 Bruxelles

Pour plus d’informations : www.geopolis.brussels

Drowning World – Gideon Mendel

À l’invitation de l’intime festival et du festival Les Solidarités, Gidéon Mendel présente la série Drowning world et celle, détournée de ses images, sous forme de pancartes brandies lors des manifestions pour le climat à Paris, Londres ou encore Namur. À ses côtés, sont présentées aussi des clichés de plusieurs étudiants de l’ESA, le 75 qui depuis le début du mouvement documentent à la chambre photographique les manifestations de la jeunesse en Belgique.

Quand : Jusqu’au 6 octobre 2019

Où : Pôle muséal Les Bateliers //Rue Joseph Saintraint 7, 5000 Namur

Pour plus d’informations : www.intime-festival.be

Le BSPF organise un atelier avec Maciek Nabrdalik. L’atelier se tiendra du 2 au 4 octobre 2019 à Bruxelles et sera axé sur la réalisation de projets documentaires à long terme. Les participants doivent s’attendre à des conférences à l’intérieur ainsi qu’à des séances pratiques à l’extérieur. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Photo de couverture de Dirk Wollaert.

septembre 4, 2019

Share
This